Marius de Le pavé

Temps de lecture : 6min 36sec

Recommerce vous propose une nouvelle vidéo So Refreshed pour ce mois d’octobre. Le concept consiste à vous faire découvrir en exclusivité le parcours, le combat, les valeurs et l’expérience avec la seconde vie des objets de personnes engagées dans l’économie circulaire et le développement durable.

Pour cette nouvelle So Refreshed ITW, nous avons eu le plaisir d’interviewer Marius, co-fondateur de Le pavé ®.

 

 

Interview de Marius

Retrouvez cette interview en vidéo :

 

 

Qui es-tu et que fais-tu dans la vie ?

Je m’appelle Marius, je suis l’un des co-fondateurs de SAS Minimum qui est une société spécialisée dans le recyclage de déchets en plaque pour le secteur du bâtiment.

Le pavé

C’est quoi, Le pavé® ?

Chez SAS Minimum, Le Pavé® c’est notre premier matériau, on a mis quatre ans à le développer. On a développé un procédé de thermo-compression unique, qui nous permet de transformer les déchets plastiques de type PEHD, comme des bouteilles de shampoing, des bouchons de bouteille en plaque pour le secteur du bâtiment.

Ces plaques, en fait, elles se présentent sous différentes épaisseurs, coloris dans lesquelles on va jouer avec le déchet et  c’est tout l’enjeu, c’est recycler à 100 %, mais aussi donner la possibilité aux utilisateurs de comprendre tout l’effort qui est fait derrière la valorisation de ces déchets. Ce que vous voyez ici par exemple des bouchons de bouteilles de différentes marques, des bouteilles de shampoing et des chutes de jerricane cosmétique transparentes. Ces plaques, elles se travaillent comme le bois, elles se forment comme le plastique et elles peuvent notamment être utilisé pour faire du mobilier et/ou des sièges de gradin.

L’un des plus gros projets qu’on mène aujourd’hui, c’est la réalisation de 11 000 sièges pour les JO, ses sièges, ils sont fabriqués à partir de bouteille de shampoing encore une fois et de bouchon jaunes qui viennent donner la couleur à ce matériau-là et permettent de raconter une histoire et c’est elle qu’on souhaite véhiculer.

 

Quel est ton plus grand défi ?

Aujourd’hui, notre plus grand défi, c’est de passer de ça à ça, et ce défi-là, on essaye de le réaliser sans ajouter aucunes résine dans nos matériaux. Nos matériaux, ils sont 100 % recyclé, 100 % recyclable et cela nous permet d’anticiper en fait la fin de vie de chaque produit au moment de la conception et au moment où on travaille avec le déchet.

Dans cette plaque, il y a uniquement des bouteilles qui vont être composées de carton, de plastique, d’aluminium qu’on va tout simplement compresser à différent palier de température pour obtenir un matériau qui va avoir une multitude d’applications pour le secteur du bâtiment.

 

Quel est ton rapport à la seconde vie ?

La fin de vie chez Le Pavé®, c’est essentiel, toutes nos chutes, elles sont recyclées dans notre usine pour refaire des panneaux pour fonctionner vraiment en boucle fermée d’utilisation pour vraiment valoriser ses matières qui sont sous-exploitées. La fin de vie, au-delà du caractère circulaire et de la nécessité de ne pas avoir de déperdition au moment de la construction, c’est vraiment un élément ultra-important parce que c’est ça qui va en fait représenter la majorité des émissions de CO2 de nos produits.

Donc la fin de vie, elle est gérée par nous dans l’usine en interne, on a aussi la possibilité de récupérer les chutes chez nos différents artisans partenaires et surtout, elle est partie intégrante de l’ADN de nos produits. On ne rajoute aucune résine et si demain dans 20 – 30 – 40 ans, vous en avez marre de votre plan de travail, siège, crédence, revêtement de mur de douche, vous aurez la possibilité de le réintégrer dans un flux classique de recyclage.

Pour nous, recyclable, ça veut dire ne pas altérer le coefficient de recyclabilité de la matière qui rentre chez nous par rapport à celle qui sort. Cela est permis uniquement en ayant une vraie considération et un vrai travail au niveau de la matière, c’est recyclable à 100 % pas seulement par nous, mais par énormément d’acteur et c’est ça qu’on souhaite défendre.

 

Comment imagines-tu le futur dans 10/20 ans ?

Dans 10 ou 20 ans, on espère qu’on n’aura plus ces big bag remplient de déchets. On espère en fait que le recyclage sera devenu la norme, on en est persuadé, le meilleur moyen pour relever le défi de la transition écologique, c’est de réussir à capitaliser sur les ressources existantes. Alors dans 20 ans, je ne veux plus voir ces big bag mais cela ne nous empêchera pas d’exister parce que dès maintenant, on essaye d’inventer une multitude de solutions avec un seul objectif, c’est d’être toujours plus vertueux d’un point de vue social, économique ou environnemental en développant des solutions à partir de déchet, mais également des solutions biosourcées tout ça au service du bâtiment.

 

As-tu des conseils à partager à nos Refreshers ?

Un conseil simple, selon nous c’est vraiment de rester optimiste. Le challenge de la transition écologique, il est grand, parfois, il peut faire peur. aujourd’hui, ce qui nous anime chez Le Pavé® SAS Minimum, c’est le challenge qui va avec et la nécessité de réinventer nos manières de consommer, de repenser nos produits pour qu’ils ne soient pas moins bien parce que plus vertueux, mais que ces produits-là défendent une nouvelle manière d’appréhender notre environnement. Chez Le Pavé®, c’est vraiment ça l’optimisme qui nous porte et qui nous permet de mettre un maximum d’engagement et d’énergie au service du changement pour le secteur du bâtiment.

 

Une anecdote ? Un mot pour la fin ?

Chez Le Pavé® au quotidien, on essaye de limiter en fait toutes les nuisances liées aux transports en utilisant au maximum les transport en commun, le train ou le vélo. Pour la petite histoire, il y a 2 semaines, on c’est déplacer au fin fond de l’Europe pour aller voir un de nos partenaires qui nous permet d’innover dans le déchet et ça, on l’a fait en train. Ce voyage, il a duré plus de 15 h, mais ç’a aussi été l’occasion de profiter du voyage pour découvrir l’Europe et pour nous, c’est tout aussi important de prendre le temps et de voir dans certaines contraintes aussi les possibilités qui nous permettent d’apprendre plein de choses.

Je suis architecte de formation à l’origine, il y a 5 ans quand on a eu cette idée, en fait de développer un produit qui soit 100 % recyclé et recyclable à partir de déchets plastiques. On n’avait aucune idée de la manière dont on allait réussir à développer ce projet. Aujourd’hui SAS Minimum c’est une entreprise de 30 personnes, c’est 300 tonnes de déchets recyclés chaque année, on est sur le point d’ouvrir une nouvelle usine. Comme mot de la fin, de ce que je pourrais dire, c’est vraiment de l’expérimentation, elle permet de développer plein de chose, le plus important, c’est de garder une vision claire de la direction qu’on souhaite donner au projet et ensuite le chemin ce fait en marchant. Maintenant, notre objectif d’ici à 2040, c’est de recycler 1 million de tonnes de matières. Si vous vous me demandez comment on va le faire, je ne serai pas vous répondre précisément, ce qui est le plus important c’est qu’on va mettre un maximum d’énergie pour réaliser cet objectif et en continuant d’expérimenter en étant proactif et actif, en faisant et refaisant en permanence, on est persuadé qu’on va y arriver

Mélodie

Mélodie

Écolo-technophile, je m'assure que les articles du mag So Refreshed soient toujours qualitatifs et plein de conseils pratiques !

Sommaire

Souscrire à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter So Refreshed certifiée 100% intéressante !

Partager.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire