Le reconditionné, meilleur exemple d’économie circulaire ?

Temps de lecture : 6min 28sec

L’économie circulaire, exemple d’action vertueuse qui fait couler de plus en plus d’encre. Ce modèle durable diminue la production de déchets, l’extraction de matières premières… Et les impacts environnementaux de nos consommations. Les initiatives se multiplient, pour le bonheur de notre planète ! Découvrez les principes du modèle en boucle vertueuse ainsi que plusieurs exemples concrets d’économie circulaire. C’est parti !

 

L’économie circulaire : revenons aux bases

 

Définition de l’économie circulaire

L’économie circulaire est un nouveau modèle de production. Il s’agit de créer une boucle vertueuse : les déchets sont désormais des matières premières à valoriser.

 

Ce fonctionnement s’oppose au modèle linéaire : produire, utiliser, jeter. Largement répandue jusqu’à la prise en compte des problématiques environnementales, cette économie peu durable entraîne :

  • la surexploitation des ressources naturelles d’un côté ;
  • l’accumulation de déchets de l’autre.

 

L’application concrète du modèle non linéaire

L’économie circulaire peut se glisser tout au long du cycle de vie d’un produit.

  • En amont du cycle, on peut ajouter une réflexion sur le modèle économique. Favoriser la location à la vente est un bon exemple d’économie circulaire.
  • Lors de la conception du produit, on pense déjà à sa fin de vie. Les designers s’arrangent pour prolonger la durée de vie de l’objet et faciliter la valorisation des matériaux.
  • Pendant la production, on choisit des ressources durables, approvisionnées en respectant les êtres vivants (humains y compris !) et écosystèmes.
  • À l’utilisation, les citoyen.ne.s sont invité.e.s à prendre soin de leurs équipements et les réparer autant que possible.
  • Lors de la fin de vie, on cherche une alternative à la décharge ou l’incinération.

 

La mise en place de l’économie circulaire : exemples et principes

 

Reculer la fin de vie d’un produit : 5 options dans l’économie circulaire

exemple d’économie circulaire

 

Dans une logique d’économie circulaire, on évite du mieux possible la mise en décharge et l’incinération des produits et matériaux en fin de vie. Voilà 5 possibilités de valorisation.

 

  1. Réemploi. Peut-on réutiliser l’objet tel quel ? Une option très classique pour les vêtements d’occasion par exemple. C’est également le cas des téléphones reconditionnés : après réparation, ces mobiles démarrent une seconde vie. Rien à voir avec un téléphone d’occasion.
  2. Upcycling. Peut-on le transformer en un nouveau produit, en ajoutant une forte valeur ajoutée ? On trouve ce système en ressourcerie par exemple : les meubles en bois sont démontés pour en faire de nouveaux, les bouchons de liège usagés deviennent des œuvres d’art, etc.
  3. Compostage. Les matières organiques peuvent devenir d’excellents fertilisants.
  4. Recyclage. Méthode la plus connue, elle consiste à réutiliser les matériaux dans un autre usage. Par exemple, on recycle des fibres textiles en isolant, ou des bouteilles plastiques en pulls.
  5. Valorisation énergétique. Utilisée en dernier recours, l’incinération permet de générer de la chaleur en brûlant les matériaux non réutilisables.
  6.  

Les 7 Piliers de l’économie circulaire

 

économie circulaire exemple

https://www.ademe.fr/

 

Les 7 piliers de cette boucle vertueuse sont définis par l’ADEME comme suit.

  1. Approvisionnement durable. On extrait les matières premières de manière écologique.
  2. Écoconception. On pense le produit pour minimiser ses impacts environnementaux et déchets.
  3. Écologie industrielle et territoriale (EIT). L’EIT est un exemple d’économie circulaire entre professionnels. On organise les acteurs économiques entre eux pour permettre des échanges de flux (matériaux, énergie, eaux, etc.) et mutualisation de besoins (mettre en commun des équipements, locaux, compétences, etc.).
  4. Économie de la fonctionnalité. On privilégie l’usage à la possession : la location par exemple.
  5. Consommation responsable. On responsabilise l’acheteur dans ses choix.
  6. Allongement de la durée d’usage. On répare, vend ou donne pour éviter de jeter.
  7. Recyclage, en dernier recours, pour réutiliser les matériaux vus comme des déchets.

 

Économie circulaire : 3 exemples d’initiatives

Cas de boucle vertueuse dans le secteur du textile

 

étude de cas économie circulaire exemple

https://www.ico-spirit.com/

 

Chaque année, 600 000 tonnes de textile (vêtements, linge de maison, chaussures) sont mises sur le marché en France. Un chiffre faramineux, qui laisse imaginer la quantité de déchets de tissus…

 

Heureusement, le gouvernement a décidé d’arrêter d’envoyer ces matières particulières en décharge ou incinération.

 

La filière des déchets textile collecte, tri et traite… Les déchets textiles (quelle surprise !). 239 000 t ont été collectées en 2018.

 

Et ensuite ? Les produits ont été :

  • réutilisés à 58,6 % ;
  • recyclés à 32,6 % ;
  • valorisés énergétiquement à hauteur de 8,4 % ;
  • et le reste, moins de 1 %, a été éliminé.

De nombreuses initiatives rendent cela possible : les ressourceries et Emmaüs (collectant et vendant des vêtements de seconde main) par exemple.

 

Refashion est également un acteur clé de l’économie circulaire du textile. Cet organisme s’adresse aux professionnels comme aux citoyens pour favoriser réparation, réutilisation et recyclage des tissus.

 

Modèles d’économie circulaire dans le secteur de l’alimentation

L’alimentation : voilà un autre cas d’étude pour l’économie circulaire. À l’échelle mondiale, environ 1/3 de la production alimentaire est gaspillée. C’est énorme !

 

De plus en plus d’acteurs, entreprises ou associations, se saisissent de cette problématique. On peut citer les célèbres applications TooGoodToGo et Phenix, permettant d’acheter à petit prix des aliments à date de péremption proche. Pour favoriser le compostage, UpCycle propose ses solutions de valorisation des biodéchets. Vous voulez un autre exemple d’économie circulaire ? Citons Cocott’arium, visant à remettre des poules en ville pour changer les habitudes, valoriser les biodéchets et sauver des gallinacés de l’abattoir. Ambitieux !

 

Abordons maintenant un autre modèle d’économie circulaire, dans le secteur du numérique : le reconditionnement.

 

Étude de cas d’une boucle vertueuse : le reconditionnement

Saviez-vous que 44 kg de matières premières sont nécessaires en moyenne pour fabriquer un smartphone ? Malgré cet impact énorme, 1 555 millions de téléphones ont été vendus dans le monde en 2018. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter… Est-ce parce que ces compagnons numériques ont une courte durée de vie ? Non, même pas ! 88 % des Français changent de mobile, alors que le précédent fonctionne encore…

 

Alors, que faire ? Le reconditionnement vient s’opposer à ce modèle catastrophique. Les téléphones sont collectés puis réparés et contrôlés, avant d’être vendus à nouveau. Découvrez en détail les étapes de reconditionnement dans notre article dédié.

 

Offrir une seconde vie à nos smartphones permet non seulement de bénéficier d’équipements à petit prix, mais surtout d’éviter 70 % de leurs impacts environnementaux. Un bel exemple d’économie circulaire !

 

Nous arrivons à la fin de cet article. Vous avez maintenant en tête quelques bons exemples d’économie circulaire. Ce modèle de boucle verte vise à minimiser l’impact environnemental des produits de consommation. Moins de déchets, moins de matières premières extraites, moins de pollution ! Les initiatives se multiplient pour éviter le gaspillage, du secteur textile à l’alimentation, en passant par les équipements numériques. D’ailleurs, pour soutenir le reconditionnement durable et fiable, découvrez Recommerce.

Sommaire

Partager.
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Leave a Comment