Réduire son empreinte numérique au quotidien : les 7 astuces à connaître

Temps de lecture : 9min 2sec

Smartphone, ordinateur, box ADSL, écran plat, tablette, enceinte connectée… Vous aussi vous avez tous ces équipements ? Alors il est temps d’agir ! Le numérique pollue, c’est indéniable. Mais comment concilier digital et écologie ? Peut-on agir au quotidien pour un monde numérique plus responsable ? Quels gestes faut-il mettre en place ? Que vous soyez au bureau ou à la maison, il existe de nombreuses solutions pour préserver la planète. Comme c’est aussi notre objectif chez Recommerce, on vous partage 7 astuces pour réduire votre empreinte numérique.

 

L’empreinte numérique, c’est quoi exactement ?

Au même titre que l’empreinte carbone, l’empreinte numérique se définit par la quantité de gaz à effet de serre (GES) émise par toutes les nouvelles technologies.

Les coupables dans l’histoire ? La fabrication des équipements informatiques et le fonctionnement du réseau Internet.

 

La pollution numérique représente environ 4 % des émissions mondiales de CO2, soit autant que le secteur aérien.

 

Saviez-vous qu’il faut par exemple 240 kg de combustibles fossiles, 22 kg de produits chimiques et 1,5 tonne d’eau rien que pour fabriquer un seul ordinateur ?

Tout cela équivaut à la consommation électrique de 7 appareils pendant 2 ans.

Si on prend en compte le transport en avion et la fin de vie de ces équipements, le bilan carbone s’alourdit encore plus.

Le recyclage des smartphones et des ordinateurs reste très difficile (seulement 1 % du total peut être recyclé). D’ailleurs, il n’est pas rare que les déchets restants soient exportés illégalement en Afrique, en Inde ou en Chine. Leur destination ? Les décharges à ciel ouvert.

 

Pour le réseau Internet, c’est le même problème. Il a beau être immatériel, son fonctionnement nécessite de nombreux équipements : câbles, serveurs, Data center, antennes… C’est grâce à tout ça que nos données peuvent être stockées.

Mais vous êtes vous déjà demandé ce qui se cachait derrière l’envoi d’un simple e-mail ? Un long périple à travers le réseau ! Depuis votre ordinateur, l’e-mail file tout droit vers le Data Center de votre fournisseur d’accès. Celui-ci stocke votre message pour le retransmettre au réseau. Après un transit dans des points éloignés du globe, le mail finit par atteindre le Data Center du fournisseur d’accès du destinataire.

Et pour alimenter le tout, les besoins en électricité sont bien évidemment importants.

 

Les 7 astuces pour une utilisation plus écologique du numérique

La technologie nous facilite la vie, mais elle est loin d’être sans impact sur l’environnement. Entre le télétravail, les vidéos en ligne, la domotique, les objets connectés, les réseaux sociaux, les plateformes d’e-commerce et les visioconférences, le trafic de données explose à travers le monde.

Bien heureusement, nous pouvons inverser la tendance ! À notre échelle, voici tous les éco-gestes qu’on peut mettre en place. Plus on est nombreux.ses à se lancer, plus le numérique responsable deviendra une habitude.

 

1 – Calculer son empreinte numérique

Avant de foncer désencombrer votre boite mail (oui, vous venez de vous faire spoiler la 2ème astuce), il est intéressant de connaître votre empreinte carbone liée au numérique. En plus, c’est très simple ! Avec l’extension de navigateurCarbonalyser”, vous pouvez vérifier en direct la consommation électrique et les émissions de gaz à effet de serre générés par votre navigation sur le web.

 

Le seul inconvénient, c’est que cet outil est disponible uniquement sur Mozilla Firefox. Mais une fois que vous l’avez, vous pouvez vaquer à vos occupations digitales tout en découvrant votre empreinte carbone.

 

Pour rendre ces données encore plus faciles à comprendre, un système d’équivalence est proposé.

Par exemple, si vous regardez une vidéo de 52 minutes, Carbonalyser va vous indiquer que cela correspond à l’équivalent de 3 smartphones en charge. Il vous propose même des alternatives pour diminuer votre impact écologique. Bref, cet outil devrait être installé d’office sur tous les ordinateurs !

 

2 – Faire le tri dans ses e-mails

Dans le monde, 12 milliards d’e-mails sont envoyés toutes les heures.

Et quand on connaît le nombre de kilomètres parcourus par un mail (15 000 en moyenne), ce chiffre est d’autant plus effrayant.

 

Le stockage pose également problème. Un e-mail stocké émet environ 10 g de CO2. À l’échelle d’une entreprise de 100 personnes, cela correspond à 13,6 tonnes de CO2, soit 13 aller-retour Paris/New York en avion. Le plus souvent, ce sont les spams et les newsletters qui viennent noircir le tableau. Pour des e-mails qu’on ne lit pas et qui finissent quand même stockés dans un coin, c’est dommage…

 

Rassurez-vous, vous n’allez pas avoir besoin de cocher individuellement tous les spams pendant des heures. L’application Cleanfox va vous faire gagner un temps fou. En un seul clic, vous pouvez vous désabonner des newsletters que vous ne lisez plus. L’avantage, c’est que l’application précise le taux d’ouverture et le nombre d’e-mails reçus. Aucun risque de supprimer la newsletter que vous adorez lire tous les matins (on espère que c’est celle de Recommerce) !

 

3 – Utiliser un moteur de recherche éco-responsable

À lui seul, le géant Google est l’un des plus polluants du secteur numérique. Avec 140 millions de recherches par heure, l’empreinte carbone grimpe vite ! Une simple requête émet 7 grammes de CO2. On vous épargne le calcul, mais cela équivaut à 1000 aller-retour Paris/New York toutes les heures.

 

Bien heureusement, il existe des moteurs de recherches écologiques :

  • Ecosia, un moteur de recherche écologique qui lutte contre la déforestation en plantant des arbres toutes les 50 recherches environ.
  • Lilo, qui reverse une partie de ses bénéfices à des projets environnementaux et sociaux.
  • Ecogine, un moteur de recherche associatif qui reverse ses revenus à des associations environnementales.

Peu importe celui que vous choisissez, l’installation est très facile et ne prend que quelques minutes. Il vous suffit de télécharger une extension et d’attendre qu’elle s’ajoute automatiquement à votre navigateur. Si vous n’arrivez pas à choisir, découvrez notre top des moteurs de recherche écolos (article bientôt disponible) !

 

4 – Garder ses appareils numériques plus longtemps

En France, nous sommes 88 % à changer de téléphone alors que l’ancien fonctionne encore.

Publicités, promotions alléchantes, écran plus grand, meilleure autonomie, nouvelles technologies… Tous les prétextes sont bons pour acheter le dernier iPhone !

 

Il est temps d’inverser la tendance. Comment ? En utilisant vos appareils pendant 4 ans minimum. Et s’ils fonctionnent encore au bout de 4 ans, mais que vous voulez vraiment les changer, pensez au don ou à la vente d’occasion. Rien de mieux pour prolonger leur durée de vie et améliorer au passage votre empreinte numérique.

 

En cas de panne légère, vous pouvez trouver facilement des tutos pour réparer vous-même votre téléphone ou votre ordinateur. Si vous avez de la chance, votre matériel sera peut-être toujours sous garantie. Sinon, il existe aussi des lieux de réparation collaboratifs comme les Repair Café par exemple. Une bonne alternative si vous n’êtes pas bricoleur.se !

 

5 – Privilégier l’achat reconditionné

Depuis 2007, 10 milliards de téléphones portables ont été vendus à travers le globe.

 

La plupart des consommateurs achètent des appareils neufs, sans avoir le réflexe de se tourner vers le reconditionné. Pourtant, c’est ce qu’on devrait tous faire !

Les phases de production et de fin de vie étant les plus énergivores, l’achat d’occasion permet de réduire facilement son empreinte numérique.

 

Mais ne confondez pas le reconditionnement avec l’achat d’occasion entre particuliers. Un téléphone reconditionné a été nettoyé, révisé et vérifié. Il fonctionne donc parfaitement. En plus, il est sous garantie pendant 2 ans. Écologique, performant, moins cher, sécurisé… Le reconditionné a un bel avenir devant lui. Il ne vous reste plus qu’à bien choisir votre appareil électronique ! Ne vous en faites pas, on vous donne plein de conseils.

 

6 – Passer moins de temps sur Netflix

Le streaming vidéo représente 60 % du trafic Internet mondial, soit 1 % des émissions de gaz à effet de serre.

 

Alors avant de lancer une énième vidéo YouTube ou un épisode de Friends que vous connaissez déjà par cœur, posez-vous cette question : est-ce que j’ai vraiment envie de regarder cette vidéo ?

 

Si vous répondez oui, vous pouvez tout de même réduire votre pollution numérique en appliquant quelques éco-gestes :

  • Évitez de regarder vos films en haute définition. Selon la taille de votre écran, une vidéo en 360p ou 720p aura une excellente qualité.
  • Activez le Wifi plutôt que le réseau 4G.
  • Privilégiez le téléchargement plutôt que le streaming.
  • Désactivez la lecture automatique des vidéos suivantes.

Et surtout, pensez à vous occuper différemment. Un bon livre, une soirée entre amis, un restaurant, des jeux de société… Il n’y a pas que le binge-watching pour les longues soirées d’hiver !

 

7 – Réduire sa consommation d’énergie

Vous aussi vous n’éteignez jamais votre box Internet ou votre boîtier télé ? Rassurez-vous, c’est le cas de 43 % de la population. Mais ce n’est pas une excuse pour éviter de changer ses habitudes ! Après tout, vous êtes un.e Refresher qui fait tout pour le bien-être de la planète. Et ça commence par éteindre son ordinateur, sa console de jeu ou son imprimante dès qu’on n’en a plus besoin.

 

Attention, éteindre ne veut pas dire mettre en veille. Les appareils électroniques continuent de consommer de l’énergie même en mode veille. Une box ADSL qui reste allumée 24 h/24 consomme par exemple 150 à 300 kWh par an, soit autant qu’un réfrigérateur. Alors on pense à l’éteindre pendant la nuit ou durant vos absences ! En plus de consommer moins d’électricité, vous ferez de petites économies sur votre facture. Pour gagner du temps, n’hésitez pas à vous équiper d’une multiprise avec interrupteur. C’est beaucoup plus pratique que de débrancher tous les appareils un par un.

 

Ce qu’il faut retenir

Le digital a beau être un outil extraordinaire, il ne faut pas oublier de l’utiliser raisonnablement. Vous connaissez maintenant tous les réflexes à avoir pour réduire votre empreinte numérique, mais il vous reste encore beaucoup de choses à découvrir. Ça tombe bien, on vous attend dans la Newsletter !

Sommaire

Partager.
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Leave a Comment