Les clés pour agir sur la sobriété numérique

Temps de lecture : 4min 42sec

Notre monde ultra connecté nous invite de plus en plus à ralentir : passer des appels visios à l’autre bout du monde, faire tourner des vidéos en boucle toute la journée, recevoir un message sur sa montre connectée, enregistrer 10 ans de souvenirs sur le Cloud… Tous ces gestes anodins ont un impact réel sur la planète. Mais rassurez-vous, réduire l’empreinte carbone du numérique, ça s’apprend ! Voici toutes les actions à mettre en place pour atteindre la sobriété numérique (et quelques chiffres pour mieux se rendre compte de nos émissions de CO2).

 

La sobriété numérique, kézako ?

sobriété numérique shift project

  

Vous vous y connaissez déjà un peu en pollution numérique et en Green IT ? Eh bien la sobriété numérique, c’est presque la même chose. C’est un concept créé par Frédéric Bordage (le fondateur de Green IT), dans l’objectif de réduire l’empreinte carbone du secteur numérique.

 

Dernièrement, the Shift Project a publié un rapport aux chiffres préoccupants :

 

Grâce à ce rapport de 2018, la sobriété numérique est beaucoup plus mise en avant dans les médias. Et tant mieux, parce que des pratiques vertueuses commencent désormais à se développer : low-tech, éco conception de sites web, énergies renouvelables pour alimenter les data centers… Le numérique est en pleine transition. 🌎

 

Les actions à mettre en place pour passer à la sobriété numérique

emission CO2 smartphone

 

Une prise de conscience nécessaire

La sobriété numérique commence par une prise de conscience : la pollution n’est pas toujours visible, elle se joue sous nos yeux avec des gestes du quotidien. Envoyer un mail, stocker ses fichiers dans le Cloud, acheter un nouvel écran… Tout le monde peut agir et changer les choses à son échelle.

 

Mais commençons par les grosses structures, les entreprises privées et les services publics. Vous imaginez le nombre d’ordinateurs, de tablettes et de téléphones qui sont utilisés tous les jours pour faire fonctionner tous ces services ? La problématique ne se pose pas uniquement dans la sphère privée, tout se joue également en enfilant sa casquette professionnelle.

 

Consommer du numérique, ce n’est pas juste cliquer sur « envoyer » ou naviguer sur une page web. Il y a plein de choses derrière tous ces écrans : les matériaux nécessaires à la fabrication du matériel informatique, le coût du transport, l’énergie requise pour la connexion ainsi que l’énergie dépensée pour faire circuler les infos via les Datas Center…

 

Des stratégies à suivre

emission CO2 smartphone

 

Les grands acteurs du numérique et les entreprises commencent à développer des stratégies pour réduire leur impact :

  • Prolonger la durée de vie du matériel ;
  • Simplifier l’usage des outils ;
  • Réduire les usages énergivores superflus (imprimante, écran qui reste allumé toute la nuit…) ;
  • Augmenter l’efficacité des serveurs de données ;
  • Réduire le stockage des fichiers grâce à la suppression, la déduplication et la compression automatisée ;
  • Utiliser des énergies renouvelables et produire de l’énergie réutilisée (la cogénération permet de produire simultanément de l’électricité et de la chaleur, le tout dans la même installation et à partir d’une seule énergie primaire) ;
  • Encourager les engagements écologiques et les démarches RSE (chez Recommerce, on y fait très attention 🌱).

 

Tout ce que vous pouvez faire à votre échelle

sobriété numérique les clés pour agir

 

Difficile d’agir sur les décisions des grandes entreprises, on vous l’accorde. Mais heureusement, vous avez quand même votre rôle à jouer. La sobriété numérique nous concerne tous ! Même si vous ne pouvez pas révolutionner le monde en installant des éoliennes pour tous les Data Centers, vous pouvez prendre plein de nouvelles habitudes :

  • Éviter de multiplier les objets connectés ;
  • Réduire le nombre d’écrans chez vous (un vidéo projecteur LED est bien moins énergivore qu’une télé 5K) ;
  • Éviter de tout regarder en ultra haute définition ;
  • Utiliser le wifi à la place de la 4G ;
  • Augmenter la durée de vie de vos appareils électroniques ;
  • Privilégier l’achat en reconditionné et les smartphones réparables ;
  • Recycler plutôt que de jeter les vieux appareils (les déchets électroniques sont extrêmement polluants) ;
  • Comprendre et identifier vos vrais besoins (pensez par exemple à supprimer la lecture automatique des vidéos pour consommer uniquement le contenu qui vous intéresse).

 

Tous ces éco-gestes peuvent faire la différence ! Mais n’oubliez pas que la pollution numérique concerne surtout la production des appareils plutôt que leur utilisation : 99 % des émissions de CO2 d’un smartphone sont liées à sa production et à son acheminement. (Source)

 

Bien sûr, c’est un tout et nous devons tous apprendre à réduire notre usage du numérique. Mais pour se lancer dans la sobriété numérique, c’est déjà un très bon début de favoriser le reconditionné et la réparation.

 

Alors les Refreshers, ça vous parle cette notion de sobriété numérique ? Est-ce qu’il y a certains gestes que vous faites déjà naturellement ?

Sommaire

Souscrire à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter So Refreshed certifiée 100% intéressante !

Partager.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire